Survivre grâce aux insectes comestibles – 1ère partie

L’entomophagie, le fait de consommer des insectes comestibles, à la mode ces dernières années, est une coutume pratiquée depuis des millénaires sur les cinq continents, et pour cause : facile à trouver et à consommer, les insectes sont une source inépuisable de nourriture en cas de survie extrême.

 Pour cela, aucunement besoin de connaitre des techniques de chasse ou de piégeage, seuls votre affût et votre rapidité vous permettront d’attraper très rapidement des insectes en grande quantité. Mais attention, tous les insectes ne sont pas comestibles. C’est pourquoi il est important de les connaitre ou de connaitre les bonnes astuces pour éviter de prendre des risques inutiles. Portrait de quelques insectes de saison à consommer sans modération.

La mouche 

C’est un insecte à la mauvaise réputation : tantôt envahissante et agaçante, la mouche peut néanmoins se révéler utile en cas de survie en milieu naturel. Omniprésente, on la trouve partout et facilement. Le plus dur sera de les attraper. Pour cela, patience et agilité sont les maîtres mots, l’astuce étant de les assommer sans les écraser. Pour les plus débrouillards, vous pouvez créer un système de piégeage en enfermant des déchets dans des filets troués. Il est indispensable de les griller : la mouche est un insecte qui se nourrit et pond sur des matières organiques, fécales et corps en décomposition. Elle est souvent porteuse de nombreux germes, c’est pourquoi la cuisson est nécessaire afin de les détruire efficacement. 

Astuce : Avec les beaux jours, vous pouvez rapidement créer votre propre élevage d’asticots : laissez à l’air libre quelques déchets de poisson ou de viande. Après seulement quelques jours, vous pourrez aisément faire votre récolte d’asticots comestibles et créer ainsi une source rentable de protéines.

Le frelon

À cause de son dard proéminent et de sa piqûre douloureuse, le frelon est un insecte à éviter en temps normal. Néanmoins, ses larves sont très recherchées, car elles constituent une importante source de protéines pures. Vous pouvez également essayer de consommer l’adulte, mais prenez des précautions pour ne pas vous exposer bêtement à une piqûre dangereuse. Une astuce assez simple consiste à laisser allumer une bougie ou l’équivalent à proximité du nid : le frelon est naturellement attiré par la lumière, il ira donc s’y frotter et s’y consumer. Après coup, récoltez et consommez les cadavres. 

La punaise 

Malgré son odeur repoussante, la punaise est belle et bien comestible : l’effluve qu’elle dégage est d’ailleurs un moyen efficace de repousser les oiseaux et de se protéger de toute consommation. Dans certains pays comme l’Afrique du Sud et le Mexique, c’est un insecte très recherché pour donner du goût aux sauces. L’idéal est de les faire bouillir dans l’eau puis de les sécher au soleil pour faire disparaitre cette odeur désagréable. Facile à attraper, on la trouve assez facilement sur les troncs des arbres durant le printemps, sa carapace lui assurant un parfait camouflage. Son goût détient une forte note épicée et iodée. 

La fourmi

Les fourmis sont les insectes que vous trouverez le plus facilement : elles ne comptent pas moins de 20 000 à 30 000 espèces différentes présentes sur tous les continents, ce qui en fait l’insecte le plus présent au monde. Dans diverses cultures, la fourmi est consommée pour ses propriétés médicinales ; elle contient naturellement de l’acide formique, dont elle tire son nom, qui joue un rôle positif pour soulager les problèmes d’articulations. Vous pouvez la manger crue et profiter ainsi de son goût légèrement amer et acide, parfois sucré grâce au miellat des pucerons qu’elle consomme. Si vous trouvez une fourmilière, n’hésitez pas consommer les œufs, également comestibles et pleins d’acide formique. Le plus pratique est d’ajouter au fur et à mesure les insectes directement dans une casserole d’eau bouillante : il en résultera au final un bouillon riche en nutriments.

La guêpe

C’est un insecte extrêmement agressif et dangereux, dans ce cas précis, seules ses larves nous intéressent vraiment. Elles ont une grande valeur nutritive grâce à leur teneur en protéines brutes, en fibres et en matières grasses. Si jamais vous souhaitez consommer des spécimens adultes, prenez soin de les cuire afin de détruire le venin. Pour en attraper, il faut prendre de nombreuses précautions : il est conseillé d’opérer de nuit avec un léger faisceau lumineux. La vue de ces insectes est directement liée à la lumière du jour, ils sont donc, comme nous, aveugles la nuit. Ensuite, protégez-vous, car mêmes aveugles, elles peuvent vous repérer grâce à l’odeur que vous dégagez. La suite dépendra de votre agilité, mais n’oubliez pas de protéger efficacement les zones à risques comme le visage et le cou. 

________________________________________

A savoir

  • Si je ne connais pas, je ne mange pas

Dans la nature, tout n’est pas comestible. Cette règle de survie équivaut également chez les insectes : nombre d’entre eux peuvent se révéler toxiques sans y paraître, la consommation de certaines plantes leur permettant d’accumuler des toxines, mécanisme de défense naturel contre leur prédateur. Comme pour les champignons ou les plantes, la règle est la même : si vous ne connaissez pas un insecte, ne le mangez pas. 

  • Éviter les couleurs vives

De nombreux insectes vulnérables ont développé, au fil du temps, des mécanismes de défense naturelle telle que la sécrétion d’hormones nauséabondes. Ainsi, de nombreux insectes affichent des couleurs très vives afin de prévenir leurs prédateurs de leur toxicité. Évitez-les dans tous les cas. 

  • Attention au venin

Ne mangez jamais cru un insecte à venin (Abeilles, guêpes, frelon, etc.….) : vous prendrez le risque de subir une indigestion après avoir ingéré leurs glandes venimeuses. Il est donc indispensable de les cuire afin de les détruire. 

  • Éviter les lieux pollués

Tout comme les fleurs comestibles ou autres plantes consommables, soyez vigilant sur les lieux où vous récoltez vos insectes : évitez les zones agricoles où des pesticides sont employés, ou encore les décharges et diverses zones polluées. Les insectes se faufilent partout et peuvent être porteurs de toutes sortes de germes ou résidus. Même si ces derniers peuvent être détruits pendant la cuisson, il est préférable d’ingérer des insectes sains. 

  • Le cas des abeilles et des bourdons 

Depuis une vingtaine d’années, les insectes pollinisateurs souffrent d’une importante déclinaison de leur population due à divers facteurs (pesticides, destruction de leur habitat, arrivée du frelon asiatique). Bien qu’ils soient comestibles, il est recommandé de ne pas les consommer afin d’éviter tout impact négatif sur leur survie déjà fragile. 

  • Attention aux coccinelles

Il est important de le savoir : aucune coccinelle n’est comestible. Les magnifiques couleurs qu’elles exhibent sont d’ailleurs un moyen efficace de prévenir les oiseaux de leur toxicité. 

[text-blocks id= »629″ plain= »1″]

Bandeau OVERLORD

vous aimez survival-mag, suivez nous