Le hêtre : un arbre à consommer !

Le hêtre est une essence bio-indicatrice d’un climat tempéré humide. C’est un grand arbre caduc, au tronc lisse, gris clair, qui ressemble à la patte d’un éléphant. Ses bourgeons, effilés avec une pointe acérée, sont couverts par des écailles brun clair, nombreuses et coriaces. Les feuilles sont ovales, brillantes et plissées comme une jupe. Elles sont bordées de poils fins. 

  • Nom scientifique : Fagus sylvatica L.
  • Noms communs : Fayard, foyau, foyard, fagette, faillette.
  • Nom de famille : Fagacées

Description :

Face inférieure et supérieure de feuilles de hêtres. Notez les poils sur le bord du limbe.

Les fleurs mâles sont en chatons marron, tandis que les fleurs femelles sont vertes, à l’aisselle des feuilles. 

Les graines, appelées faînes, mûrissent dans un bogue, sorte de coque hérissée d’épines molles, qui s’ouvre à maturité. Les faînes, vaguement en forme de pyramide, comportent trois faces, et sont couvertes d’une enveloppe coriace marron foncé qu’il faut ôter avant de les consommer. 

Aide à l’identification : son tronc, lisse et gris. Ses feuilles, plutôt épaisses, vert foncé et brillantes, aux nervures marquées, portant des poils sur le bord. Les bogues hérissés, sur l’arbre ou qui jonchent le sol longtemps après être tombés.

Risque de confusion :

Avec le charme qui ne porte pas de poil sur les feuilles. La phrase « le charme d’Adam, c’est d’être à poil » permet de se rappeler que le hêtre à des poils sur le bord de la feuille, alors que le charme à des dents !

Hygiène/santé : 

Par le passé, la carbonisation du bois fournissait un charbon bactéricide et prétendument antituberculeux, imprégné de créosote, une substance qui s’est révélée hautement cancérigène.

Bogues contenant les faînes.

En phytothérapie, on emploie l’écorce en infusion, car elle est astringente et fébrifuge. C’est aussi un antiseptique général et pulmonaire, un vermifuge, et, à fortes doses, un purgatif. Outre dans le paludisme, on l’a employée par le passé contre divers parasites intestinaux, ainsi que dans les affections pulmonaires et contre la diarrhée. 

En externe, le hêtre est utilisé en cataplasme de feuilles sur les enflures et les ampoules. En décoction, on l’applique sur les brûlures et les engelures. On les mâche pour soigner les gerçures aux lèvres et les douleurs aux gencives.

On utilise l’infusion des feuilles ou de l’écorce pour laver les plaies, les enflures et les irritations.

Composition nutritionnelle :

100 g de faînes apportent 567 Kcal, elles peuvent à elles seules vous rassasier pour un repas !

Elles contiennent environ :

– 6,6 g d’eau

– 22 g de protides

– 50 g de lipides

– 33 g de glucides

Elles sont riches en :

– Calcium (1mg/100g) 

– Fer (2,5 mg/100g) 

– Sodium (38 mg/100g) 

– Potassium (1018 mg/100g)

– Vitamine C (16 mg/100g)

– Vitamine B1 = 0.3 mg/100g

– Vitamine B2 = 0.4 mg/100g

– Vitamine PP = 0.9 mg/100g

Utilisations alimentaires :

Les faînes sont consommées depuis le Paléolithique. Elles contiennent de 40 % et 60 % d’huile. Leur consommation a longtemps été déconseillée en raison de la fagine qu’elles contiennent. Or, on sait aujourd’hui que la fagine est en fait de la choline et qu’elle facilite spécifiquement l’apprentissage ou la mémoire, en particulier pour prévenir les déficits cognitifs associés aux démences. 

Les bourgeons et les jeunes feuilles sont ajoutés dans les salades ou peuvent être grignotés tels quels. Le cambium réduit en poudre peut être mêlé à de la farine. Les graines doivent être grillées pour faciliter le décorticage, puis consommées telles quelles ou réduites en farine. Elles ont un goût fin, entre le pignon de pin et l’amande. Torréfiées, elles font un bon succédané de café. On en extrait de l’huile, par pression à froid, qui se conserve longtemps et se bonifie avec le temps. 

Utilisations sur le terrain :

Le bois de hêtre est très calorifique. Il produit des flammes régulières avec une bonne clarté. Le feu obtenu est rapidement vif. 

Sur le terrain, nettoyage des faînes dans la rivière pour enlever la poussière.

Il est l’un des rares bois denses à avoir un pouvoir calorifique de 100. Il permet donc de chauffer les fours de cuisson à haute température et de réchauffer promptement le randonneur fatigué.

La créosote, huile extraite du goudron de bois de hêtre cuit, permet de rendre le bois imputrescible. Par ailleurs, elle repousse les insectes.

Recettes : 

Sur le terrain, on pourra simplement faire griller les faînes à la poêle, puis les écaler comme on ferait des graines de tournesol salées. Une bonne façon d’occuper agréablement les soirées autour du feu de camp. Pour les plus gourmands, je vous conseille également cette délicieuse recette :

Boulettes aux faînes, fromage de chèvre frais et lierre terrestre.

Boulettes aux faînes, fromage de chèvre frais et lierre terrestre. 

Ingrédients

Pour une personne :

– 1 grosse poignée de faînes.

– Quelques feuilles de lierre terrestre. 

– 30 g de fromage de chèvre frais.

Préparation

1 – Récolter une grosse poignée de faînes et quelques feuilles de lierre terrestre. 

2 – Laver le lierre terrestre. 

3 – Faire légèrement griller les faînes à sec pour faciliter « l’écalage ». 

4 – Enlever l’enveloppe coriace des faînes. 

5 – Les griller à nouveau rapidement, les écraser au pilon (ou mixer), puis réserver.

6 – Mélanger la moitié des faines écrasées, le fromage et les feuilles de lierre terrestre ciselées fin.

7 – En faire des boulettes de 2 centimètres de diamètre, puis les rouler dans la poudre de faînes restante. 

8 – Refroidir au réfrigérateur avant de servir pour l’apéro ou en hors-d’œuvre.

[text-blocks id= »629″ plain= »1″]

Laurence « Hildegarde » Talleux
Les derniers articles par Laurence « Hildegarde » Talleux (tout voir)
Bandeau OVERLORD

Laurence « Hildegarde » Talleux

Laurence "Hildegarde" est spécialiste des plantes sauvages utiles, comestibles et médicinales pour l'association "Échappées sauvages".

vous aimez survival-mag, suivez nous