ANTICIPER, C’EST SURVIVRE

On ne le répétera jamais assez. Pour survivre, il faut savoir anticiper les risques. Dans les faits, anticiper les risques, c’est faire en sorte d’être le plus autonome possible. Si vous vous positionnez en réaction à une crise, vous diminuez de facto vos chances de survie. Il est donc primordial pour tous de se prendre en main. Le COVID 19 nous rappelle, de manière macabre, que l’humain n’est jamais à l’abri ; et que L’État Providence n’est pas le rempart ultime ! Si ce n’est déjà fait, vous devez dès à présent vous préparer à la prochaine crise (industrielle comme à Rouen, économique, climatique, sanitaire…), et ce, quel que soit votre lieu de résidence.C’est quand on ne fait rien que le pire arrive.

Sommaire : I Mise en place d’une réserve stratégique de première nécessité – II Mise en place de moyen de protection et de confinement – III La mise en place de moyens de premier secours et d’hygiène – IV Les cas non conformes (incendies, tempêtes, inondations, tornades…) – v Divers

I Mise en place d’une réserve stratégique de première nécessité

1 – Le stockage de l’eau.

Si les systèmes d’alimentation et d’épuration en eau fonctionnent et que les grandes surfaces assurent la vente en eau potable, pas d’inquiétude particulière.

En revanche, en cas de grosses inondations, sachez que les stations d’épurations peuvent être ponctuellement défaillantes. Avoir à son domicile un système de filtration ou posséder les matériels pour en réaliser un de fortune est impératif. Des cachets de chlore sont une garantie supplémentaire.

Dans le cas d’une crise de grande envergure qui conduirait à l’arrêt total de l’alimentation en eau :

A la campagne, il existe différents moyens de stockage pour vous permettre de récupérer de l’eau de pluie (cuve de 1.000 litres, bidons souples ou rigides de 10 ou 20 litres). La mise en place d’un forage avec une pompe manuelle vous assurera une sécurité maximale.

En ville le stockage de 100 ou 200 litres d’eau est assez problématique, car la surface habitable des appartements est assez réduite. Une piscine gonflable est une bonne alternative (gain de place au stockage et rapidité d’installation). Elle vous permettra de stocker une quantité importante d’eau potable avant l’arrêt complet des systèmes d’alimentation en eau.

2 – Un stock de minimum 2 mois de nourriture non périssable d’avance.

Une règle très simple s’applique : je stocke ce que je mange.

Si les pâtes, le riz, les lentilles et les haricots sont une base, pensez néanmoins à diversifier vos réserves avec des conserves de poissons, de viande, de légumes. Des plats cuisinés sont un plus, tout comme les sachets de soupe, de café de thé et de chocolat. On n’oublie pas le sucre, la farine etc, et les réserves « plaisirs » comme le chocolat, les gâteaux, la confiture, et les bonbons pour les enfants.

Si vous avez un nouveau-né, un stock de lait infantile
et de petits pots est à prévoir.

3 – Des vêtements chauds, du matériel de camping

Des vêtements chauds, du matériel de camping tel que le duvet (-10° est un minimum), une tente (que vous positionnerez dans une pièce de la maison) vous permettra de conserver un minimum de chaleur et assurera, de facto, votre survie en cas de coupure d’électricité, gaz, et donc de chauffage.

4 – Vos animaux domestiques

Vos animaux domestiques (chien, chat et autres) ne doivent pas souffrir eux non plus pendant une période difficile. Un stock de 2 mois de croquettes, de dispositifs anti-puces, de petits gâteaux est indispensable.

Cela s’appliquera également à vos animaux de basse-cour (poule, poulet, canard et autres).

5 – L’eau

Il est aussi utile en cas de coupure d’eau prolongée, d’avoir un petit stock d’assiettes et de verres en carton pour ne pas avoir à faire la vaisselle et ainsi économiser votre stock d’eau potable.

En période de crise, une coupure du courant peu survenir à tout moment.
par Steve Buissinne de Pixabay

II Mise en place de moyen de protection et de confinement

1 – Des armes et des munitions pour assurer votre sécurité (dans le cadre strict du respect des lois en vigueur dans votre pays et de vos autorisations légales), car malgré le dévouement des forces de l’ordre, elles ne pourront peut-être pas être partout. Un stage légal dans un centre agréé pour vous assurer une manipulation correcte de vos différentes armes est un impératif.

Si certaines personnes ne souhaitent pas introduire d’arme à feu à leur domicile, pensez tout de même aux alternatives de défense. Vous pouvez vous procurez des bombes aérosol au poivre ou lacrymogène. En tout état de cause, un simple manche de pioche peut s’avérer très dissuasif.

Si la possession et l’utilisation d’arme à feux ne vous convient pas, munissez-vous de tous autres types d’armes ou objets contondants à même d’assurer votre protection.

2 – La mise en place de moyen de confinement pour vous préserver des intrusions.

Une clôture et un portail solide, un système d’alarme, des renforts de fermeture sur vos volets, vos portes renforcés.

Rien ne rentre et rien ne doit sortir est une règle de base de sécurité en situation de chaos.

La mise en place d’un ou de plusieurs pièges peut être une alternative.*

3 – En cas d’incendie dans votre domicile vous devez avoir au moins deux extincteurs à poudre. Il est important que tous les membres de votre famille connaissent leurs emplacements et sachent les utiliser. En avoir un dans son véhicule est un véritable plus.

4 – Des gants et des masques de protections pour se protéger en cas de pandémie (COVID 19, ébola, grippe espagnole ou peste qui peuvent revenir) ; ajoutez-y des combinaisons de peintre et de l’adhésif tissé (duct tape) (Voir SURVIVAL 23).

Il vous faudra aussi un pulvérisateur à main et un de jardinier pour désinfecter les surfaces contaminées ; un stock de pastille de chlore à y intégrer reste le plus facile à conserver.

5 – En cas de coupure d’électricité ou de gaz, il est là aussi important d’avoir différents moyens alternatifs pour garder le contrôle. Des bougies, des allumettes, des lampes seront utiles (attention à faire une rotation avec vos piles). Les lampes à gaz sont aussi un compromis très sécurisant.

De plus, prévoyez un petit réchaud à gaz pour faire chauffer vos repas en urgence (un repas chaud est bien plus agréable et confortable pour le moral surtout en hiver).

III La mise en place de moyens de premier secours et d’hygiène

Kit de basse de premier soins à compléter
photos par Steve Buissinne de Pixabay

1 – Un stock hygiénique vous permettant de tenir plusieurs semaines.

Savon, dentifrice, produits d’hygiène pour la période menstruelle, paquets de lingettes désinfectantes, papier toilette de type Bunker (gains de place), sacs poubelles.

2 – Le stockage de produit de premiers soins d’urgence (gants stériles, pansement israélien, garrot tourniquet, gazes hémostatiques (type Celox®), pansements occlusifs, couverture de survie, cathéter de G14) et songez à la « bobologie » (antiseptique, compresses, bandages, petits pansements, antalgiques divers, antihistaminiques).

Pensez à avoir en permanence votre traitement pour vos allergies, votre asthme ou toute autre maladie chronique en stock en cas de rupture de la chaîne de distribution ou du blocage du pays du fait d’une crise sociale (grève des routiers, par exemple).

Un stage pour apprendre les gestes de premiers secours est un vrai plus.

3 – La mise en place d’un WC sec ou même d’un simple sceau est un minimum en cas de rupture de la normalité. Le risque de propagation de différentes maladies est très important lors d’une crise, d’où la nécessité de mettre en place un moyen alternatif pour vos besoins.

4 – Du matériel pour l’installation rapide d’une douche de camping ou d’une douche solaire.

Aussi, il est plus facile pour vos enfants de rester confiner s’ils conservent un minimum de repère ; la douche du soir peut permettre d’aider à normaliser une situation délicate.

IV Les cas non conformes
(incendies, tempêtes, inondations, tornades…)

Image par David Mark de Pixabay

1 – Pour prévenir les incendies, mettez en place une cache en extérieur ou dans votre famille ; tous vos documents importants (passeport, CI, permis de conduire, livret de famille, relevé bancaire, acte notarié, avis d’imposition, relevé d’assurance etc) seront stockés en photocopies et en version numérique pour vous permettre de rapidement prouver votre identité et lancer les procédures d’indemnisation.

2 – Pour les résidences qui se trouvent en zone inondables, il est impératif d’avoir un moyen d’évacuation (un bateau à rame ou un solide bateau gonflable par exemple).

Des waders ou des cuissardes sont obligatoires pour évacuer votre famille.

3 – Il important d’avoir un ou des véhicules en bon état, avec des pneumatiques fiables et en ordre révision en cas d’évacuation. Ne comptez pas uniquement sur les transports en commun !

4 – Quand une tempête survient, mettez dans votre véhicule, surtout si vous résidez en dehors des villes, une tronçonneuse, une hache, une paire de gants et des vêtements de rechange ; les personnels des voiries ne pourront peut-être pas débiter l’arbre tombé sur votre itinéraire.

Gardez toujours un jeu de chaînes dans votre coffre, des câbles de démarrage. Il est important, surtout en hiver, d’avoir un minimum de ressources dans le coffre de votre véhicule (Un sac permanent contenant un peu de nourriture et de l’eau pour vingt-quatre heures ne seront pas un luxe non plus, ainsi qu’une pelle US, une scie pliable, des gants de travail, de l’eau, de la nourriture et des vêtements chauds, ainsi qu’un duvet).

5 – Si vous n’avez pas la possibilité d’évacuer ; un sous-sol et une cave sont un très bon abri de secours. Il vous faut envisager une construction de maçonnerie dans votre jardin pour les personnes isolées (un cube de 4 mètres carré est largement suffisant pour se mettre à l’abri pendant quelques heures).

Pour ceux qui sont en appartement, la mise en place de scotch américain en croix sur les ouvertures va les renforcer. Par sécurité, il faut s’éloigner des fenêtres et autres baies vitrées afin d’éviter les projections de verre éventuelles. La salle de bain ou une pièce ne possédant pas d’ouverture est l’endroit le plus sûr. Pour ceux qui sont en dans un studio, retranchez-vous dans un angle de mur porteur et positionnez votre matelas ou votre canapé comme un bouclier, afin qu’il amortisse le choc d’objets projetés par le vent.

6 – En cas de catastrophe industrielle, de type Rouen, vous avez deux options : quitter les lieux au plus vite avec votre famille en moins d’une heure, avec un kit d’urgence dans la voiture (petit sac avec 24h de nourriture et d’eau), de l’argent liquide pour payer une ou plusieurs nuits à l’hôtel ; où un confinement total de votre domicile, rien ne rentre rien ne sort. À vous de décider.

V Divers

1 – La mise en place de différents sacs d’évacuation (de première et deuxième urgence) va vous permettre de vous sortir de différents cas de figure critiques. C’est votre assurance vie.

En cas d’effondrement de la normalité, leurs contenus doivent vous permettre de survivre pendant 24 ou 48 heures afin d’accéder à votre zone refuge (BAD). L’entreposage sur un site sanctuarisé d’une ou plusieurs unités de stockage (cache) est aussi une très bonne alternative.

2 – Pour ceux qui se chauffent au bois, il est important d’avoir au minimum un an de bois de chauffage d’avance, deux ans c’est l’excellence. Un stock de granule pour votre poêle est aussi à prévoir en cas de rupture de la filière de distribution.

3 – Une paire de lunette de vue ou de lentille de contact de secours, mais aussi une paire d’appareil auditif en prévision de la perte de la destruction de l’un d’eux. Un doublon de tout ce qui vous est indispensable, en somme.

4 – Il vous faut élaborer une stratégie, afin de pouvoir vous fournir hors réseau en produit frais, toutes l’année auprès d’un agriculteur (viande, œuf, céréale), un maraîcher (légume et fruit), un apiculteur (miel), un pécheur (poison) dans un rayon de 5 à 10 kilomètres maximum vous permettant un déplacement soit à pied ou à vélo.

VI Conclusion

Lors de votre préparation, il est important de prendre en compte tous les membres de votre famille, ainsi que les réalités seront plus sensibles ou plus fragiles lors d’une perte de la normalité. Vous devez donc anticiper un maximum de problématique et vous préparer au pire.

Les derniers articles par Serge (tout voir)

Serge

Ancien militaire, survivaliste aguerri, Serge maitrise de nombreux domaines de la survie. Il est en permanence en recherche d'autonomie et sa particularité est de tester pour lui et sa famille la plupart des sujets qu'il évoque dans le magazine, faisant de lui un spécialiste du retour d'expérience.

vous aimez survival-mag, suivez nous