Le Cobb, un (vrai) four nomade

La version actuelle du Cobb en matériau léger et durable.
La version actuelle du Cobb en matériau léger et durable.

J’ai découvert ce fourneau par hasard chez d’autres voyageurs. Attiré tout d’abord par l’odeur de cuisson de pain, puis par cette forme qui me rappelait, en plus sophistiquée, des fours nomades vus en Afrique, j’ai été intrigué par ce fourneau, qui ni relié au gaz ni à l’électricité, pouvait atteindre les 240°C nécessaires pour réaliser la cuisson de cette miche. Je découvrais là le Cobb, un fourneau nomade par excellence, capable de tout cuire !

Histoire

En décembre 2001, le magazine Time a présenté le Cobb comme l’une des meilleures inventions de cette année-là. Ce fût un tournant majeur pour ce qui avait commencé comme une idée évidente pour un environnementaliste en Afrique plusieurs années auparavant.

Le souhait du concepteur était d’encourager les Africains vivant dans des villages sans électricité à utiliser les épis de maïs, disponibles en quantité, comme combustible pour la cuisine, plutôt que le bois ou le charbon très contraignant à ramasser ou à produire, en plus de l’impact sur le déboisement. Il a conçu et optimisé un simple fourneau en argile avec une grille en acier que les Africains pouvaient facilement fabriquer sur place et alimenter avec leurs abondantes réserves d’épis de maïs et dont la forme, en plus, limiterait les risques d’incendie. Ça y est, l’ancêtre du Cobb était né !

L’idée s’est alors imposée et a abouti à la mise au point de l’Eco Cobb, un poêle tout métal, peu coûteux et qui a pu être distribué dans les programmes d’aide aux pays du tiers monde à l’échelle mondiale.

Développement

À force d’améliorations, le fourneau a sans cesse évolué pour devenir le produit que nous voyons aujourd’hui et qui est disponible dans le monde entier : un four transportable aux possibilités d’utilisation quasi illimitées : il est capable de griller, fumer, rôtir, frire et même cuire des gâteaux, des pizzas ou des légumes sautés.

Depuis la version de départ, le Cobb a beaucoup évolué en 25 ans.
Depuis la version de départ, le Cobb a beaucoup évolué en 25 ans.

Récompensé à de multiples reprises pour son système breveté de récupération des graisses brûlées, le Cobb évacue la graisse vers des douves pour une cuisson plus saine et naturelle des aliments. Comme la graisse ne tombe pas sur le charbon, il ne produit pratiquement aucune fumée. Sa ventilation offre une distribution uniforme de la chaleur pour cuire les aliments à la perfection. C’est rapide, efficace et très polyvalent tout en paraissant inusable ! Un accessoire de cuisine idéal pour des survivalistes ou des nomades qui cherchent une solution pour tout cuire ici ou ailleurs.

Partage
Vous retrouverez cet article dans Survival #28
commander survival 28
Les derniers articles par Joël Schuermans (tout voir)
Suivez-nous :
Instagram
Twitter
Visit Us
Follow Me
LINKEDIN
Share
Bandeau OVERLORD

Joël Schuermans

Après 12 ans passés dans une unité commando, il a repris une carrière de medic spécialisé dans les zones hostiles et/ou isolées. Aventurier et voyageur au long cours, il est un spécialiste médical pour expéditions et missions lointaines. Conseiller éditorial du magazine Survival, auteur de plusieurs livres et de nombreux articles. Vidéaste et photographe, il réalise des reportages écrits et vidéos sur certains sujets d'aventure et notamment sur les rangers de la lutte anti-braconnage en Afrique.

vous aimez survival-mag, suivez nous