Optimiser son bivouac en hiver

Être adepte du bivouac ne s’arrête pas avec l’arrivée des premiers flocons. Cependant dormir dehors quand les températures descendent sous le zéro peut se révéler très inconfortable : comment optimiser son couchage pour passer une bonne nuit, quelles que soient les conditions ? On vous partage ici un condensé de techniques et d’astuces pour que l’expérience reste magique.

Choisir le bon matériel

Même avec les meilleures astuces du monde, si vous avez du mauvais matériel, vous serez en difficulté s’il fait très froid ou humide.
Le sac de couchage est l’une des pièces maîtresses de votre équipement, a fortiori l’hiver. Vous aurez le choix entre un sac en synthétique ou en plume. Le synthétique gardera son efficacité même par temps humide alors que la plume va s’agglomérer et perdre ses capacités thermiques. En revanche la plume offrira un meilleur ratio isolant / poids. En clair, par temps très froid et sec, le duvet a tendance à être favorisé, et par météo humide ou bivouac en forêt, le synthétique sera souvent préféré.

Photo lonewolf.pictures

Ce qu’il faut regarder, c’est la température « confort » de votre sac de couchage. Vérifiez que les températures soient normées, dans ce cas les capacités de votre matériel seront garanties. Si votre équipement est à la norme, vous aurez l’inscription EN13537.

La température « confort » correspond à la température à laquelle une femme dormira, en position allongée avec un isolant de sol adapté, couverte par un vêtement thermique de la tête aux pieds, dans un endroit abrité du vent (tente) et sans humidité excessive sans sensation de froid.
La température « limite confort » correspond à la température à laquelle un homme dormira, dans les mêmes conditions en frissonnant et en position fœtale toute la nuit.

La température « confort » devrait donc être votre référence. Pour un bivouac hivernal visez un sac de couchage « confort » -5 à -12°C.
En complément, l’isolant de sol est indispensable. La capacité d’isolation de votre matelas de sol est exprimée en R-value. Plus le R-value est élevé, et mieux vous serez isolé de la conduction du froid par le sol. Par -1°C un R-value de 2,5 est nécessaire, et au cœur de l’hiver envisagez un matelas de sol R-value 3,5 et plus, adapté à partir de -8°C. Les matelas en mousse sont plus résilients et rustiques, mais sont généralement moins performants que les matelas gonflants.

Sélectionner le bon emplacement

Tarp ou tente, l’important c’est de se protéger du vent. Les courants d’air majorent le froid. Par exemple par -5°C un léger courant d’air à 8km/h vous fera ressentir un froid équivalent à -9°C. L’ouverture de l’abri doit être dos au vent et si possible placez votre tente dans un endroit naturellement abrité, par une haie végétale par exemple.

En montagne, les masses d’air froid vont, durant la nuit, descendre le long des pentes. C’est ce qu’on appelle les courants catabatiques. Pour vous en préserver, préférez un replat qu’une pente.

Bandeau abonnez-vous

Évitez les cuvettes pour cette même raison. Les masses d’air froid vont s’y accumuler et vous perdrez de précieux degrés. Le petit bivouac au bord d’un lac est bien agréable en été, mais l’hiver il peut être préférable d’éviter.

bouton survival 36

Survival #36 est disponible à la librairie du collectionneur

Suivez-nous :
Instagram
Twitter
Visit Us
Follow Me
LINKEDIN
Share
Bandeau-Overlord

vous aimez survival-mag, suivez nous